English German Spain Italian Dutch Russian

BiblioLes secrets de Jeanne - Ressources

Bibliographie chronologique

 

Proposée par THEVENIN

De nombreux chercheurs ont persisté dans la contestation de l'histoire conformiste officielle ; nous donnons ci-dessous une liste (par ordre chronologique) de ces auteurs très peu connus du grand public à l'instar des autres.

En cliquant sur le nom de l'auteur, vous accédez, si elle est disponible, à une courte biographie et à l'ensemble de ses publications. La liste alphabétique est également accessible en cliquant ici.


XVè siècle
XVIè siècle
XVIIè siècle
XVIIIè siècle
XIXè siècle
XXè siècle
XXIè siècle


XVè siècle


1440 - Martin Le Franc : Le Champion des dames (rééd. Robert Deschaux, Paris, Champion Classiques français du Moyen Âge), 1999.

Cette œuvre, la principale de Martin Le Franc, est un vigoureux plaidoyer où l'auteur prend la défense des femmes. Le poème révèle ses opinions politiques et religieuses, sa prédilection pour la France, sa haine des Anglais et son admiration pour Jeanne d’Arc. Il se prononce contre la corruption de l’état et le luxe excessif de l’aristocratie de cour. Ce livre, dédié au duc de Bourgogne Philippe Le Bon, semble ne pas avoir rencontré le succès escompté à la cour de Bourgogne, où il a déplu pour son appel appuyé à l'union des Français contre l’invasion anglaise.


XVIè siècle


1540 - Guillaume du Bellay : De la discipline militaire
  Guillaume du Bellay considère que « L’histoire de la Pucelle est d’invention artificieuse et politique. » et affirme « le roi s’était avisé de cette ruse pour donner quelque bon espoir aux Français, leur faisant entendre la sollicitude que notre Seigneur avait de son royaume. »
Ce sont les expressions mêmes dont se sert Guillaume Du Bellay dans son traité De la Discipline militaire. Il compare Jeanne d’Arc à Numa Pompilius qui faisait semblant de consulter la nymphe Egérie.

1562 - AUTEUR INCONNU : La Historia de la Ponzella Dorleans y de sus grandes hechos, sacados de la chronica real, por un cavallero discreto embiado por embaxador de Castilla a Francia por los reyes don Fernando y Isabel - in-4° - Burgos
ano1 L'histoire de la Pucelle d'Orléans et de ses hauts faits tirés de la chronique royale par un chevalier distingué envoyé comme ambassadeur de Castille en France par les rois Fernand et Isabel - Burgos - 1562.
La bibliothèque de Vienne conserve une édition de Séville, par Juan Cromberger, datée du 24 novembre1530, in-4, plus rare encore.
Avant cette époque, il avait paru à Séville aussi une édition de cet ouvrage qui semble être restée inconnue aux bibliographes Elle forme un volume in-80 de 42 feuillets non paginés. Au titre on lit : LA PONCELLA D'ORLEANS puis, en tête du texte même "Ici commence la destruction de France dont le remède fut la Pucelle du ciel venue" . Le livre finit par ces lignes : Fut imprimée la présente chronique en la très loyale cité de Séville par Dominico de flobertis le V de novembre, année de MD. XII). Cet exemplaire est propriété de la Bibliothèque Nationale.
Un autre ouvrage paru sous le titre La Poncella de Francia a été diffusé à plusieurs milliers d’exemplaires autour des années 1585 en Espagne. Des éditions sont produites à Séville, Burgos, Madrid et Valladolid. Ce livre a fait l’objet d’une édition française à Paris en 2007 par Michel Garcia pour les Editions Mazarine.

1590 - Juste LIPSE : Politicorum siue ciuilis doctrinae libri sex, Rééd. Assen, Royal Van Gorcum Tempe, 2004.
Juste Lipse compare l’entreprise de la Pucelle avec les « industries » antiques dont l’Histoire romaine fait mention. Scipion, par exemple, passait pour entrer dans les conseils de Jupiter Capitolin. Sertorius se faisait accompagner d’une biche à laquelle il attribuait ses succès. Sylla montrait à ses troupes un sceau dont il prétendait qu’Apollon s’était servi. Ainsi, dit Juste Lipse, le roi de France Charles VII fit jouer avec succès la manœuvre de Jeanne d’Arc.

1592 - William SHAKESPEARE : Œuvres complètes de Shakespeare - tome n° 6 - Henry VI - Acte 5 - Scène 6
 

Pour en savoir plus sur la pièce concernée, cliquez ici.


XVIIè siècle


1613 - Bernard de Girard du Haillan : De l’état des affaires de France

L'auteur affirme que le personnage de la Pucelle fut imaginé à la Cour de Charles VII.
« Quelques-uns ont trouvé mauvais que je dise cela et que j’ôte aux Français une opinion qu’ils ont si longuement eue d’une chose sainte et d’un miracle, pour la vouloir maintenant convertir en fable, mais je l’ai voulu dire, parce qu’il a été ainsi découvert par le temps qui découvre toutes choses, et puis ce n’est pas chose si importante qu’on la doive croire comme un article de foi »


1614 - PIE II : Mémoires de Pie II - Pape en 1458 et contemporain de la Pucelle - tome n° 6 - Page 158

"Etait-ce oeuvre divine ou humaine ? Il me serait difficile de l’affirmer. Quelques-uns pensent que les Anglais prospéraient, les grands de France étant divisés entre eux, sans vouloir accepter la conduite de l’un des leurs ; peut-être que l’un d’eux plus sage et mieux éclairé aura imaginé cet artifice, de produire une vierge divinement envoyée, et à ce titre réclamant la conduite des affaires. Il n’est pas un homme qui puisse refuser d’avoir Dieu pour chef ; c’est ainsi que la direction de la guerre et le commandement militaire ont été remis à la Pucelle."

Il est à noter que ce texte date de 1462, c'est à dire 7 ans seulement après le procès de réhabilitation. Siméon Luce, écrivain traditionaliste écrit à propos de cette citation:

"En lisant cette page, il ne faut pas oublier qu'elle a pour auteur un pontife éminent, initié aux secrets les plus intimes de la politique européenne, un ancien membre du Sacré Collége qui avait, pendant un quart de siècle, été le collègue du cardinal d'Estouteville, promoteur du procès de réhabilitation de la Pucelle".


1639 - Gabriel NAUDE : Considérations politiques sur les coups d’État (Elzevier 1639, p. 154)

Naudé écrit qu’« il fut nécessaire, sous Charles VII, d’avoir recours à quelque coup d’État pour chasser les Anglais de France : ce fut donc à celui de Jeanne la Pucelle, lequel est avoué pour tel par Juste Lipse en ses Politiques, par quelques autres historiens étrangers, mais particulièrement par deux des nôtres, du Bellay Langey en son Art militaire et du Haillan en son Histoire »,
et d’ajouter
«Or ce coup d’État ayant si heureusement réussi, que chacun sait, et la Pucelle n’ayant été brûlée qu’en effigie…»
Lire en ligne.


1667 - HEINCE et BIGNON : problèmes historiques sur la Pucelle d’Orléans et notes curieuses - Paris
 

 

haut de la page

XVIIIè siècle


1745 - Charles PINOT DUCLOS : Histoire de Louis XI, oeuvres publiées en 1806, 10 volumes in-8, et en 1820, 9 volumes in-8, et 3 volumes gr. in-8

«Ce fut par un artifice politique que Jeanne d’Arc fût présentée au roi Charles VII… L’entourage du roi se concerta avec le bâtard d’Orléans pour sortir le roi de sa léthargie». Ainsi pensait l’historien Duclos, de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, en 1745 dans son Histoire de Louis XI.

Lire en ligne.


1749 - Daniel POLLUCHE : Problème historique sur la Pucelle d’Orléans - Orléans - octobre 1749 - Imprimerie de Couret de Villeneuve le jeune, imprimeur du Roy et Audebergue
  Problème historique sur la Pucelle d'Orléans disponible sur Google dans Collections des meilleurs dissertations de Constant Leber en page 389 du livre.
La famille de Daniel Polluche était en possession, à Orléans, d'un commerce considérable auquel il succéda.
Né en 1689 et mort en 1768, il réunit, pendant le cours de sa vie, des renseignements sur l'histoire générale de l'Orléanais qu'il voulait publier. Des études faites au collège et à l'université lui avaient inspiré le goût des travaux littéraires ; aussi, dès qu'il en eut la possibilité, il abandonna ses affaires commerciales pour s'occuper exclusivement de travaux historiques, et on le vit dès lors en relation avec l'abbé Rothelin, l'abbé Le Bœuf, Dom Toussaint Duplessis, Dom Gérou, etc.

1776 - Marquis de LUCHET : dissertation sur Jeanne d’Arc, vulgairement nommée la Pucelle d’Orléans - Orléans
Le premier volume de son histoire de l'Orléanais parut en 1766. Le public l'accueillit bien, mais le corps de ville goûta peu le ton frondeur, critique et impie de ce livre, dit un écrivain du temps. Il était encore trop tôt pour parler le langage de la raison, a écrit un autre auteur ; le clergé surtout, ajoute-t-il, s'éleva contre le peu de respect qu'il montre pour lui, et contre les doutes élevés sur la mission divine de Jeanne d'Arc, etc.
Le seul volume paru à ce jour est très rare et bon à consulter, surtout pour les pièces justificatives qui sont à la fin.
Mais, en 1776, M. de Luchet fit imprimer un in-8° de cent trente et une pages, extrêmement rare maintenant, et intitulé : Dissertation sur Jeanne d'Arc, etc. ; il est sans nom d'imprimeur et sans permis d'imprimer.
Le premier et seul volume de l'histoire de M.de Luchet, se termine à peu près à la mort de Jeanne d'Arc ; le second était composé, mais il a été brûlé après sa mort, ainsi que des fragments du troisième.
(cf. Les Hommes Illustres de l'Orléanais de Brainne Debarbouiller et Lapierre - tome premier - Orléans 1852).
Lire en ligne.

1784 - DON ALVARO DE LUNA : Connétable des royaumes de Castille et de Léon, Maître et Administrateur de l’Ordre de Saint Jacques. Chronique publiée par don Joseph Miguel de Florès, Secrétaire Perpétuel de l’Académie Royale d’Histoire - Madrid

1799 - Charles-Louis CADET de GASSICOURT : Mon voyage, ou Lettres sur la ci-devant province de Normandie, suivies de quelques pièces fugitives. Chez Desenne, Libraire, au Palais Egalité, Paris

L'auteur, lors de sa visite de Rouen, évoque l'épisode Jeanne d'Arc, et apprend que "Jeanne n'a point été brûlée"... Elle a pu fuir et se marier au Sieur des Hermoises.

"Voir en ligne sur Gallica"

haut de la page

XIXè siècle


1802 - Friedriech VON SCHILLER : Jeanne d’Arc - La Pucelle d’Orléans - Tragédie en cinq actes - 1802 - Nilsson et 1886 - Hachette
Ouvrage disponible sur Gallica (bibliothèque numérique de la bibliothèque nationale de France- nombreuses traductions en français)

1805 - Pierre CAZE : La mort de Jeanne d'Arc - Tragédie en cinq actes en vers
Tragédie créée en 1802

1819 - Pierre CAZE : La vérité sur Jeanne d’Arc ou Éclaircissements sur son origine - 2 volumes édités simultanément chez Rosa, à Paris, et chez Trentel and Wurtz, à Londres
"Volume 1: lire en ligne"
"Volume 2: lire en ligne"

1834 - A. DELACOUX (Dr) : Biographie des sages femmes célèbres anciennes, modernes, et contemporaines - Page 92 - Bibliothèque de l’Académie de Médecine - et Trinquart - Paris

Le Dr Delacoux indique en 1833, sous la rubrique consacrée à la Reine Yolande :
" Les traîtres avaient recours à des stratagèmes superstitieux pour mieux déguiser leurs projets, qui étaient de vendre et de livrer le pays aux Anglais. Ceux-ci d'ailleurs, dont toute la politique était de faire passer la couronne de France sur la tête d'Henry VI, n'ignoraient point l'origine de Jeanne d'Arc, fruit des amours clandestins d'Isabeau de Bavière et du Duc d'Orléans"

Lire en ligne


1838 - Constant LEBER : Collection des meilleures dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France - Tome 17ème - Chez G.-A. Dentu
  Texte de Daniel Polluche, "Problème historique sur la pucelle d’Orléans" transcrit à partir de la page 389 du livre. Ouvrage disponible sur GOOGLE recherche de livre.

1868 - Joseph Octave DELEPIERRE : Historical Doubts and Contested Events - London, 1868, (reprinted from Miscellanies of the Philobiblon Society, the St. James's Magazine, etc., with bibliographical index).

M. Octave Delepierre a publié un pamphlet, intitulé le "Doute Historique", pour réfuter le fait que Jeanne d'Arc a été brûlée sur le bûcher pour sorcellerie à Rouen. 

Cet ouvrage est disponible sur Internet.


1870 - Cobham Brewer: Brewer's Dictionnary of Phrase and Fable.

Le Brewer's Dictionary of Phrase and Fable, que l'on abrège souvent simplement en Brewer's, est un ouvrage de référence en anglais  contenant des définitions et des explications concernant nombre d'expressions célèbres, historiques ou mythiques. Il fut publié pour la première fois en 1870 par le révérend Ebenezer Cobham Brewer. L'ouvrage en est actuellement à sa 18e édition, publiée en octobre 2009.


1872 - VIGNIER - de VIENNE-PLANCY - Daniel POLLUCHE - Charles RENARD : Jeanne d’Arc n’a point été brûlée à Rouen
  Réimpression de trois écrits :
Le premier de ces écrits, publié dans "Le Mercure galant" en novembre 1683 et reproduit avec des modifications dans le "Mercure de France" a pour auteur le frère du P. Jérôme Vignier et fait état de découvertes d'archives dues à ce dernier.
Le deuxième publié également dans "Le Mercure galant" deux mois après le discours de Vignier est dû à Vienne-Plancy ;
Le troisième publié en 1749, est l'œuvre de Dom Polluche. L'introduction est signée : "Un bibliophile normand"

1881 - Comte de PUYMAIGRE : La chronique espagnole de la Pucelle - Librairie de Victor Palme à Paris
  Ce livre est présenté pour les chercheurs qui ne peuvent travailler sur les livres précédents publiés en Espagne et non encore numérisés en France.
Ouvrage disponible sur internet.

1884 - Claude Sosthène GRASSET D'ORCET : "Les collaborateurs de Jeanne d’Arc" in La Nouvelle Revue, 15 septembre 1884, pp. 225 à 253
 

L'auteur y parle de fenderie, de charbonnerie, des cornars de Langres, des corporations de marchands, et des chapîtres .... au 15° siècle.

Lire en ligne


1887 - Joseph-Edouard CHOUSSY : Étude sur Jeanne Darc, (A-t-elle été brûlée vive à Rouen ?) Moulins - imprimerie de E. Auclaire - 42 pages - Extrait des "Rectifications littéraires et historiques, suivies de curiosités historiques inédites". 
  Choussy affirme qu'il y a "une foule de faits plus ou moins mystérieux les uns que les autres, corroborés par des actes authentiques nullement contestables et nullement contestés qui ne laissent pas que de jeter quelques doutes sur le supplice plus ou moins dramatique dont la Ville de Rouen a été le théâtre". Les partisans de la légende "combattent des pièces historiques et authentiques avec de simples suppositions qui, ne reposant sur aucun fondement solide, ont contre elles, toutes les apparences de l'erreur et de la fausseté".

1889 - Ernest LESIGNE : La fin d’une légende - Paris - Charles Bayle
Lesigne Charles Bayle, l’éditeur de Lesigne, promettait un volume de pièces et documents établissant l’histoire de la formation de la légende de Jeanne, et la justification du contenu du volume publié. Ce travail a été exécuté par les nombreux successeurs de l’éminent historien.
"Lire en ligne sur Gallica".

1893 - Gaston SAVE : Jehanne des Armoises, Pucelle d’Orléans - Nancy - Crespin Leblond

Les écrits de Gaston Save ont été également publiés dans "La Lorraine Artiste", revue des Beaux-Arts en Lorraine.


1895 - Francis ANDRE : Les dessous de l’histoire - La vérité sur Jeanne d’Arc - Ses ennemis ses auxiliaires sa mission d’après les chroniques du XVème siècle - Paris - Chamuel
F. André Lire en ligne

1895 - E. MISSET (Abbé) : Jeanne d’Arc Champenoise : étude critique sur la véritable nationalité de la Pucelle, d’après les documents officiels de son époque et les plus récentes publications - Paris et Orléans - Librairie Honoré Champion et H. Herluison

1897 - Francis ANDRE : Jeanne d’Arc, tertiaire de Saint François par C. Bessonnet-Favre - Bloud et Barral

Lire en ligne.


1897 - Léo TAXIL : Jeanne d’Arc victime des prêtres. Etude historique avec révélations et documents (la trahison, le viol, le procès, le supplice) - Librairie anticléricale
taxil2

Selon certaines sources, ce livre n'aurait jamais vu le jour... Néanmoins, nous avons pu nous le procurer !

 


1900 - Joseph-Edouard CHOUSSY : Vie de Jeanne d'arc - Imprimerie Bourbonnaise - Moulins - Edité le 01 janvier 1900
Choussy affirme qu'il y a "une foule de faits plus ou moins mystérieux les uns que les autres, corroborés par des actes authentiques nullement contestables et nullement contestés qui ne laissent pas que de jeter quelques doutes sur le supplice plus ou moins dramatique dont la Ville de Rouen a été le théâtre". Les partisans de la légende "combattent des pièces historiques et authentiques avec de simples suppositions qui, ne reposant su aucun fondement solide, ont contre elles, toutes les apparences de l'erreur et de la fausseté".

haut de la page

XXè siècle


1909 - Raphaël SYMPTOR - Jeanne d'Arc n'a jamais existé - Edition bibliographique - Paris
Symptor

 


1914 - GRILLOT DE GIVRY : La survivance et le mariage de Jeanne d’Arc - Paris - Albin Michel (nouvelle édition chez Archè Milano - Imprimé en Italie par AGEL srl - 1983)
grillot1grillot2 Un des plus grands auteurs chrétiens de son temps. Grand hermétiste, érudit brillant, il fut aussi un traducteur renommé de textes anciens. Le musée des sorciers, mages et occultistes parait en 1929, année de sa mort. Un texte de référence, survolant en quelques pages remarquables, avec une érudition sans faille, l'histoire de l'Alchimie et de sa doctrine occultée.

1915 ? - André BOURRIER : Un mystère historique ? La question Jeanne d'Arc - Editions des Libres opinions -
  Bourrier qui est un ancien prêtre et un ancien pasteur prétend dans cet opuscule de 12 pages que le livre de Grillot de Givry paru pendant la guerre n'était pas le bienvenu car il valait pour nous et pour nos alliés "un arsenal de mitrailleuses".
Bourrier affirme également que la Pucelle avait un mari, des enfants et des amants...

1921 - Margaret MURRAY : Witch cult in Western Europe
Dans cet ouvrage Margaret Alice Murray évoque (Appendice IV) le procès de Jeanne sous un angle nouveau.

"Lire en ligne"

1925 - André BOURRIER - Han RYNER - GRILLOT DE GIVRY : La vérité sur le supplice de Jeanne d’Arc - Editions de l’idée libre à Conflans Sainte Honorine
Bourrier

"Lire en ligne"

1929 - PARAF-JAVAL : La légende détruite - Paris - Edité par l’Auteur - Imprimé à l’Emancipatrice
paraf2 "Indications pour essayer de suivre l'histoire de Jeanne d'Arc dépouillée des mensonges surnaturels et nationalistes et, d'une façon générale, se libérer de la croyance à la réalité de l'irréel"

1929 - Han RYNER (pseudonyme d’Henri Ner) : Chère Pucelle de France - Paris - Editions VERBA
han2

 


1930 et 1931 - Ambroise LEDRU (Abbé) : Quelques erreurs des historiens de Jeanne d'Arc : les détracteurs de la dame Des Armoises, dite la Pucelle d'Orléans ou la fausse Jeanne d'Arc, le prétendu pèlerinage d'Isabelle Romée et des compagnons de la Pucelle au Puy-en-Velay en 1429 - La Province du Maine - Société Historique de la Province du Maine - 1930 et Imprimerie Goupil à Laval et Le Mans - 1931

1930? - Carl VON OSSIETZKY :
Universität Oldenburg : Jeanne d'Arc - Abkömmling des Hochadels und nicht als Hexe verbrannt ? Die revisionistischen Thesen - Hausarbeit im Rahmen des Hauptseminars: Jeanne d'Arc und ihre Zeit. Geschichte und ihre filmische Darstellung Leitung: Prof. Dr. Rudolf Holbach und Prof. Dr. Hans Henning Hahn - Carsten Pietsch - Babenend 105A - 26127 Oldenburg Semester : M.A. - Soziologie (Hauptfach), Psychologie und Geschichte (Nebenfächer) Matrikelnummer: 7054570 - SS 2002

1932 - Jean JACOBY :
- Article Mercure de France n° 824 du 15 octobre 1932
- Article Mercure de France n° 825 du 01 novembre 1932
- Le secret de Jeanne d’Arc, Pucelle d’Orléans - Paris - Mercure de France -  1932
jacobyjacoby4jacoby2

"Ce livre, que je présente aux lecteurs, n'est que le résumé d'un ouvrage considérable sur le même sujet, auquel mon père, le docteur Paul Jacoby, avait consacré vingt années de patientes recherches. Après la mort du docteur Jacoby, le manuscrit du livre disparut dans la tourmente de la guerre et de ses suites ; il n'en est resté qu'un article, publié en 1909 dans une revue étrangère et qui en donne l'essence. J'ai essayé de reconstituer, sinon l'ouvrage en entier, du moins la thèse principale de l'auteur au sujet des origines et du mystérieux secret de la Pucelle"
Jean Jacoby


1932 - Edouard SCHNEIDER : Sainte Jeanne d'Arc - Sa vie
Ce livre est une histoire classique ou officielle de la Pucelle car l'auteur n'avait pas encore découvert le pot aux roses quand il l'a fait paraître.
Schneider a écrit "Jeanne et ses lys", son livre contestataire en 1952, soit vingt ans après le premier. Obligé après la 2ème guerre mondiale de fuir la France, il avait trouvé asile au Vatican, auprès du pape son ami. Il assure avoir découvert dans la bibliothèque secrète du Vatican un exemplaire du "livre de Poitiers" qui ne laissait planer aucun doute quant aux réelles origines de Jeanne la Pucelle...

1936 - Jean JACOBY : La Pucelle d’Orléans - Fille au grand cœur - Martyre et Sainte - Paris - Mercure de France
jacoby3

 


1937 - Jean JACOBY : La noblesse et les armes de Jeanne d’Arc - Paris - Mercure de France
jacoby6

 


1938 - Gaston CLEMENDOT : - L'idole de Domremy - Bibliothèque du Libre Penseur - aux Editions de l'Idée Libre - Herblay - (Seine et Oise)

 


1938 - Jean JACOBY : Article dans Mercure de France n° 965 du 01 septembre 1938
jacoby

 


1941 - Jean JACOBY : Scène de la vie de Jeanne d’Arc - Paris - Mercure de France
jacoby5

 


1947 - M. et L. FORLIERE : Qui fut Jeanne d'Arc ? - Paris - Editions Sfelt
forlière

.


1952 - Jean GRIMOD : Jeanne d’Arc a-t-elle été brûlée ? - Paris - Amiot-Dumont
grimod Gambetta l'a dit : "On ne touche pas à Jeanne d'Arc"...
Cependant les éditeurs du présent volume et le directeur de cette collection ont estimé que la parole pouvait être donnée à l'historien scrupuleux qui apporte, en la matière de la naissance et de la survie de Jeanne, une étonnante solution. Sans doute cette solution a-t-elle déjà fait l'objet de précédentes études.
Qui ne connait du moins de nom, Jeanne des Armoises,
Qui ne connait la thèse faisant de la Pucelle une demi-soeur du Roi Charles ?
Mais ici, le secret de Jeanne est cerné grâce à de si troublants documents tirés des archives, que notre amour de l'histoire et notre désir de la voir évoquée dans sa vérité ont fait taire les scrupules qui pouvaient nous retenir devant le bouleversement d'une si belle tradition.

1952 - Edouard SCHNEIDER : Jeanne d'Arc et ses Lys - Paris - Grasset
schneider Edouard Schneider estime que "la légende nuit à la réalité en l'affadissant, en la vulgarisant, en la diminuant."
En historien scrupuleux, il tient compte des travaux de ses prédecesseurs et il donne une place capitale aux thèses qui s'opposent le plus hardiment à la version conformiste et traditionnelle.

1957 - Bernard-Jean DAULON : Jehanne 1407- 1452 - La Baule - Imprimerie La Mouette
Saint Jean L'intérêt de cet ouvrage résulte du fait qu'il présente des documents qui ne peuvent être contestés. Ils étaient jusqu'alors ignorés ou délaissés par nos historiens officiels au profit d'une légende... On y trouve le rôle d'éminence grise joué par la reine Yolande d'Anjou, sous le règne de son gendre Charles VII. Jean d'Aulon fut son "Homme Lige", sa parente Marie d'Aulon, sa Dame d'Honneur.

" Si l'on connait assez bien la vie militaire de Jeanne d'Arc, son origine mystérieuse et sa mort ont soulevé bien des polémiques.L'auteur de cette brochure, s'élevant au-dessus des querelles et donnant les sources les plus anciennes et les plus sûres, reconstitue d'une manière très vraisemblable bien des points obscurs : naissance princière, mort beaucoup plus tardive - peut-être au château-fort ( toujours existant) de Jaulny, près Thiaucourt, Meurthe-et-Moselle - après qu'une substitution, à la fin de son procès, lui ait permis d'échapper au bûcher " (Extrait du Catalogue Automne 1957 de la Librairie Morin à Paris).

Cet ouvrage a fait l'objet de nombreuses rééditions.

1960 - Gérard PESME (Baron) : Jehanne des Armoises - Vraie Pucelle d’Orléans - Angoulême - Editions Balzac
Pesme 1  


1960 - Gérard PESME (Baron) : Jehanne n’a pas été brûlée - Angoulême - Editions Balzac - rééd 1968
Pesme 2Pesme 3  

"Pourquoi détruire cette belle légende de la bonne Lorraine, vierge et martyre, qui plait tant aux gens épris de merveilleux?
Parce que ce n'est qu'une légende abusive et qu'il n'est plus permis de continuer à travestir aussi indignement les faits ni de trahir si outrageusement la vérité historique. Parce qu'il est faux que Jehanne la Pucelle ait été une petite bergerette ignorante et illuminée qui se serait imposée au Roi par des miracles, et que l'unité du pays ait pu dépendre uniquement de la bravoure d'une femme inspirée"
Gérard Pesme.

1961 - André GUERIN :
- Operation Sheperdhess - The mystery of Joan of Arc - Londres - Editions Heinemann  1961  (Edition anglaise non traduite en français)
- Johanna sagt Euch lebewohl. Das Ende einer Legende - Cotta Verlag, Stuttgart, 1963 (Edition allemande non traduite en français)
Guerin 1 Guerin 2 En 1961 et en 1963 A. Guérin publie successivement à Londres et à Stuttgart son livre Opération Bergère. Nous ne connaissons pas de publication en français de ce livre qui illustre les difficultés des historiens français à se faire éditer sur le sujet.

1961 - KLEIN-REBOUR : REVUE HISTORIQUE DE L'ARMEE, Revue trimestrielle de l'État-major de l'Armée - Service Historique de France Armée - Publiée par le Ministère des Armées - Volume 17 N° 1 - 2
armée Articles Les fausses Jeanne d'Arc et Jeanne d'Arc, Dame des Armoises

1962 - Jean BOSLER : Jeanne d'Arc était-elle la sœur de Charles VII ? - Paris - Les Editions du Scorpion
Bosler 1Bosler 2

Une première édition de ce livre à compte d'auteur.

"Nous allons aborder ici des problèmes historiques en suspens depuis cinq siècles. Leur solution, quelle qu'elle soit, ne saurait être évidente. En pareille matière, nul ne peut se vanter de détenir la certitude: Il faudrait avoir assisté à la naissance des rois et des reines, des princes et des princesses, et aussi avoir pénétré leurs plus secrètes pensées"
Jean Jacoby .


1962 - Claude PASTEUR : Les deux Jeanne d'Arc - Enquête et débat - Paris - Genève - La Palatine
Pasteur 2

Ce livre est une enquête réalisée avec des historiens des écoles historiques dites "officielles" et "contestataires" qui s'expriment en mode questions/réponses.

Meneur de Jeu, Mme Claude Pasteur ne prend pas personnellement position. Elle laisse le lecteur juge. On discerne cependant clairement, qu'en son for intérieur, elle tient Jeanne pour la fille d'Isabeau et du duc Louis d'Orléans ! (Jean Bancal)


1965 - Maurice DAVID-DARNAC : Histoire véridique et merveilleuse de la Pucelle d'Orléans - Paris - Table Ronde
David Darnac 1 "L'Histoire Véridique et Merveilleuse de la Pucelle d'orléans" a provoqué des des réactions fort diverses... De nombreux critiques, en France et à l'étranger, ont examiné l'histoire. Certains d'entre eux, faisant montre d'une grande bienveillance, ont bien voulu lui reconnaitre quelques mérites. D'autres choqués dans leurs convictions intimes par le principe même de la thèse exposée, ont manifesté leur réprobation, les plus sévères étant ceux qui, manifestement, ne s'étaient même pas donné la peine d'ouvrir le livre..."
M. D-D

1965 - Max PERCIN DE SEILH : Controverses récentes sur Jeanne d'Arc, Ed. Léon Lessage. et La véritable histoire de Jeanne d'Arc.
Percin de Seilh

"Il y a dans la légende de jeanne d'Arc, des choses inexplicables si elle n'était qu'une simple paysanne.
La réception cérémonieuse que le roi Charles VII et la cour lui firent ;
les honneurs qu'on lui rendit ;
la maison militaire qu'on lui monta ;
l'armure damasquinée qu'on fabriqua pour elle ;
sa bannière sur laquelle on fit mettre un semis de fleurs de lys d'or, ce qui ne se faisait que pour les personnages de sang royal ;
ses éperons d'or, signe distinctif des chevaliers de haut rang ;
Tout cela prouve bien qu'elle n'était pas une simple paysanne inconnue".

 


1968 - Maurice DAVID-DARNAC : Le dossier de Jehanne - Paris - Pauvert
David Darnac 2 "C'est pour répondre aux objections qui ont été faites que nous présentons aujourd'hui ce "Dossier de Jeanne", en souhaitant qu'il apporte les précisions reclamées sur chacunes des principales questions que l'on peut légitimement se poser à propos de notre admirable héroine nationale, depuis la vraie date de sa naissance jusqu'à celle de sa mort réelle."
M.D-D

1970 - Pierre DE SERMOISE (Comte) : Les missions secrètes de Jehanne la Pucelle - Paris - Robert Laffont
Sermoise 2 La version officielle de la légende de Jeanne d'Arc - qu'il convient d'ailleurs d'appeler Jehanne la Pucelle - a été maintes fois contestée.
Jamais pourtant avec plus de force et de rigueur que dans l'ouvrage que voici : il est vrai que Pierre de Sermoise, descendant direct d'un oncle de Robert des Armoises, a pu mettre en oeuvre des documents familiaux demeurés jusqu'ici secrets. Pierre de Sermoises ne se contente pas de corroborer le fait que Jehanne (qui jamais ne fut bergère, ni Lorraine, ni d'Arc) était la fille bâtarde de la Reine Isabeau de Bavière et de son beau-frère Louis d'Orléans. Il montre ce que fut la mission réelle de Jehanne et quel fut son rôle dans la guerre de libération ; celui d'un "agent" du puissant mouvement de résistance constitué par les communautés franciscaines.

1971 - Jean BANCAL : Jeanne d'Arc Princesse Royale - Paris - Robert Laffont - Les ombres de l'histoire
Bancal 2 Une Jeanne, princesse royale, bâtarde de la reine Isabeau et du duc d'Orléans (donc demi-soeur de charles VII et petite fille de Charles V), élevée clandestinement à Domremy, dans une famille d'Arc dont jean Bancal révèle les liens étroits avec la couronne de France. Une Jeanne étendard, qui après avoir été minutieusement préparée à son rôle pendant de longues années, surgit au milieu de populations avides de merveilleux comme une envoyée de Dieu et galvanise les volontés pour renverser une situation politique et militaire désespérée...
Ultime carte jouée, atoût gagnant...

Jean Bancal a une formation de juriste : son travail se présente comme le dossier d'un avocat scrupuleux ; c'est un "livre blanc" présentant les pièces d'un procès d'histoire, et qui emporte la conviction.

1972 - Jacques GUERILLON : Mais qui es-tu, Jehanne d'Arc ? - La Pensée Universelle
Guerillon Le point final à la solution de la plus grande énigme de notre Histoire semble bien être apportée par la découverte d'une pierre tombale dans une église lorraine.
Qui repose sous cette dalle, à la droite du seigneur du lieu Robert des Armoises, si ce n'est sa femme selon la coutume d'antan ?
Silence révélateur des auteurs orthodoxes qui ont décrit 51 autres pierres en omettant soigneusement la 52ème, cachée maintenant par un pavage, après sabotage (partiel) de l'inscription funéraire...
A ces époques, les grands seigneurs n'épousaient pas des bergères, encore moins des aventurières.

1972 - Etienne WEILL-RAYNAL : Le double secret de Jeanne la Pucelle - révélé par des documents de l'époque - Paris - Le Pavillon Roger Maria Editeur
Weill Il est facile d'écarter comme un roman la thèse qui fait de Jeanne une fille d'Isabeau de Bavière, donc une soeur de Charles VII, qui l'aurait sauvée du bûcher. Mais à l'appui de cette thèse hétérodoxe, parfois maladroitement défendue, Etienne Weill-Raynal apporte des éléments nouveaux, tirés exclusivement de textes du XVème siècle...

1973 - Jean-François XERRI :  Jeanne d'Arc n'a pas existé - La Pensée Universelle

Qui est Jeanne ? Une sainte disent les uns, une princesse disent les autres... Quelques-uns disent une ribaude... On dit même qu'elle a eu des enfants. Alors ?
Jeanne d'Arc, personnage légendaire, née pour les besoins d'une cause, n'a jamais existé, nous dit l'auteur.
La Pucelle d'Orléans, princesse, dont la vaillance a fait et fera l'admiration de tous, après avoir contribué à défaire l'Anglais, épousa messire Robert des Armoises.
Voilà le véritable personnage historique !


1978 - Alain ATTEN : Jeanne-Claude des Armoises : de la Meuse au Rhin - La trame possible d'une intrigue - Extrait du Bulletin de l'Institut Archéologique du Luxembourg- Année 1978 N° 3-4

Pour comprendre l'itinéraire de Jeanne-Claude des Armoises, durant le bref épisode de mai à novembre 1436, l'essentiel serait de connaître ses antécédents immédiats, fussent-ils bourguignons.
Emettre ces avis, c'est bien anticiper sur la thèse la moins discutée.

Lire en ligne l'ouvrage d'Alain Atten.


1981 - Robert AMBELAIN : Drames et secrets de l'Histoire (1306 - 1643) - Robert Laffont
Ambelain 2 Poursuivant sa démystification de l'histoire "officielle" commencée en ses précédents ouvrages, histoire truquée en fonction d'interêts idéologiques divers, l'auteur aborde ici les principaux sujets du XIVème au XVIIème siècle en ce domaine :
Les véritables origines de Jeanne dite d'Arc, bâtarde royale, l'impossibilité de sa mort à Rouen, sa survie, son mariage, démontrés par des documents inédits et définitifs.
La véritable mère de Jean Dunois, bâtard d'Orléans, n'était pas Marguerite d'Enghien, dame de Varenne, mais bien Isabeau de Bavière, maîtresse de Louis Duc d'Orléans, et mère de Jeanne la Pucelle.

1982 - Collectif: Revue "Inexpliqué" Editions ATLAS, Réalisation EDENA
A partir de 1982, les Editions Atlas publient une série de périodiques reliables en 11 volumes (totalisant plus de 3000 pages) concernant "le monde de l'étrange, de l'insolite et du mystère"...
Dans les exemplaires de cette revue, on trouve plusieurs articles concernant "Jeanne d'Arc"... comme par exemple :
Page 1161, Jeanne d'Arc, Princesse d'Orléans et Reine de France,
Page 1206, Jeanne d'Arc, une machination politique,
Page 1234, Jeanne d'Arc et la démocratie populaire,
Page 1250, Jeanne d'Arc n'est pas morte à Rouen...

1982 - Gustave CROUVEZIER : Qui était Jeanne d'Arc ? - Matot - Braine
Crouvezier

 


1982 - Charles L. LECLERC : Jeanne d'Arc 1407 - 1449 - Imprimerie Forézienne à Fleurs 42
Leclerc Voilà donc relatés (dans ce livre) les principaux événements de la vie de Jeanne.
Le lecteur a pu constater qu'ils n'ont guère de points communs avec la version des traditionalistes. L'auteur a en effet tenté de redonner à chaque aspect de la destinée de jeanne, sa densité originelle, sa coloration naturelle, que ce soit au stade de la naissance de l'héroïne, de sa jeunesse, des "apparitions" qu'elle est censée avoir eues, et, en général, des mystères dont certains essaient encore maintenant d'imposer la légende.

1982 - Florence MAQUET : Jehanne la Pucelle - L'histoire - Les documents
Maquet 1 Maquet 2 Le personnage, la vie et l'épopée de Jeanne la Pucelle, ont fait éclore une abondante littérature où le lecteur est sollicité par deux grandes versions : l'histoire officiellement enseignée, "Jeanne d'Arc, petite bergère inspirée"; et une autre histoire, "Jeanne princesse royale, instrument de politique et de stratégie". Chacune de ces versions avec ses ses ardents défenseurs et ses non moins nombreux contradicteurs...

1983 - Pierre DE SERMOISE (Comte) : Jeanne d'Arc et la mandragore - Monaco - Editions du Rocher
Sermoise 3 "... de même qu'il fallait que le Christ fût crucifié pour sauver l'humanité, il fallait que Jeanne fût condamnée à être brûlée pour établir solidement le Roi sur son trône. C'est par ce sacrifice qui a cimenté le sentiment populaire contre les Anglais, que le Roi a pu réunir autour de lui toutes les forces nécessaires à sa victoire. L'auteur, dont la minutie dans la recherche et dont la connaissance paléographique sont immenses, propose une interprétation de l'histoire de Jeanne toute différente de l'histoire officielle.
... La seule question qui se pose est de savoir pourquoi certains se refuseraient à découvrir une vérité qui semble bien être voilée derrière une des plus grandes manipulations psychologiques de la masse populaire de l'histoire des derniers siècles..."
Michel Marion, Conservateur à la Bibliothèque Nationale.

1984 - Roger FACON et  Jean-Marie PARENT  : Gilles de Rais et Jacques Cœur, La Conspiration des Innocents - Robert Laffont
Les auteurs décrivent ici le troublant parallèle entre les destinées de deux témoins de l'épopée johannique. Jeanne elle même est évoquée dans cette étude fort intéressante, mais qui à notre avis, ne va pas assez loin dans ses conclusions...

1984 - Florence TRYSTRAM : Moi, Jeanne obéissance - Flammarion
Trystam L'auteur a recherché à donner dans ce roman historique passionnant une cohérence conforme à la réalité de l'époque et à nos connaissances des mécanismes de l'esprit humain.

1987 - Michel LAMY : Jeanne d'Arc - Histoire vraie et genèse d'un mythe - Paris - Payot , rééd Paris - Poche Pocket - 1999
Lamy 1Lamy 2 Il était une fois une petite bergère que l'on avait conduite au bûcher... C'est du moins ce que dit la légende. Jeanne image d'Epinal s'imposant aux écoliers, petite paysanne, encore une enfant, libérant le Royaume et rétablissant le Roi de France sur son trône, Jeanne la martyre, Jeanne symbole, Jeanne mythe à la valeur exemplaire. Et si tout cela n'était pas tout à fait conforme à la vérité historique ? si la vraie Pucelle d'Orléans, tout aussi admirable, avait été totalement différente ? si son aventure avait été savamment orchestrée, si elle n'avait pas péri dans les flammes ? et s'il en existait des preuves...?

1990 - Maurice VACHON: Jeanne d'Arc - La Chevauchée de Jehanne la Pucelle de Vaucouleurs à Chinon - Editions Armine-Ediculture

En 1429,Jeanne d'Arc mit 11 jours à se rendre de Vaucouleurs Chinon pour y rencontrer le dauphin. La durée du périple est certaine. Les dates ont été controversées. Maurice Vachon s'appuie, entre autres, sur un document de découverte récente pour fixer le départ de la Pucelle au mardi 22 février de Vaucouleurs et son arrivée à Chinon au vendredi 4 mars. L'itinéraire est balisé d'étapes en étapes par l'auteur qui dénonce les fausses traditions de passage de la Pucelle et reconstitue avec une sûreté méthodique tout le long trajet.
Maurice Vachon a le mérite de réconcilier le chercheur en archives et l'archéologue, étant les deux à la fois, ce qui le conduit immanquablement à une plus grande richesse scientifique et à une plus grande rigueur (cf. note de l'éditeur). 
Le livre de Maurice Vachon n'a pas pour objet de s'attaquer de front à l'inexplicable. Son objectif est de classer les évènements, de les préciser, de les vérifier chaque fois que cela est possible et, sans pourchasser les mystères, réduire la part d'inexplicable, nous indique Monique Mainguet - professeur de géographie - UER de Reims, préfacière du livre.
L'auteur qui n'est pas dupe de l'histoire officielle de la Pucelle mérite sa place ici pour saluer la qualité de son travail et la justesse de ses idées.


1992 - Robert CHABANNE : Jeanne d'Arc ou la négation du droit - La Pensée Universelle
Chabanne

 


1992 - André CHERPILLOD : Brochure Les deux Mystères de Jeanne d'Arc: sa naissance, sa mort


Jeanne d'Arc mourut brulée vive à Rouen le 30 Mai 1431. C'est du moins ce qu'on peut lire dans n'importe quelle encyclopédie.
Pourtant...
Pourquoi un texte parfaitement authentique mentionne-t-il sa présence à Metz en 1436 ? Pourquoi la comptabilité d'Orléans atteste-t-elle sa visite en cette ville, où elle était bien connue, en 1439 ? Pourquoi un autre texte, dont l'authenticité ne peut être mise en doute, la cite comme vivante en 1443 ?

1992 - Nora WOOSTER (Dr) : The real Joan of Arc - The Book Guild - Traduit de l'anglais par G. Richeux aux Editions Champ du Chapeau - Doncaster - Angleterre - 1993
Wooster

 


1994 - Philippe VIDAL : Jeanne d'Arc, laquelle ? - L'énigme enfin résolue - Editions Opéra
Ce livre de Philippe Vidal est une étude des dix caractéristiques essentielles du psychisme et du destin de la Pucelle. L'auteur explore une autre discipline que l'histoire, l'astrologie, qui permet l'étude des caractères humains à partir des données de naissance. Dans cet ouvrage l'auteur remarque ainsi qu'une naissance datée du 10 novembre 1407  à 2h00 correspond à la personnalité de la Pucelle alors que d'autres dates de l'histoire officielle montrent des traits de caractère non compatibles. L'hérédité astrale est également vérifiée avec dix configurations familiales qui montrent des caractéristiques similaires. Des pourcentages élevés de concordance sont enregistrés dans les thèmes familiaux avec celui de la Pucelle que l'on ne retrouve pas entre étrangers.

1995 - André CHERPILLOD : REVUE NOUVELLE ECOLE N° 47 - Mélanges - Les mystères de Jeanne d'Arc - Pucelle de Domrémy ou Princesse d'Orléans ?
Cherpillod

L'ouvrage est en partie consultable sur Internet en cliquant ici.


1995 - Roger COLET : Jehanne Pucelle d'Orléans - Enseigner son histoire ou propager sa légende - Dossier édité par l'Amicale laïque de l'Ecole Normale mixte et de l'IUFM des Vosges - Imprimerie du Capucin à Charmes - Nouvelle édition de 1995 et précédente édition de l'auteur - Imprimerie du Capucin à Charmes
Colet La conclusion de cet ouvrage :
Jamais l'image d'une Jeanne de légende, nimbée de merveilleux, n'a été aussi glorifiée qu'aujourd'hui, tant par le pouvoir religieux que par le pouvoir civil, chacun se servant d'elle au mieux de ses intérêts du moment.
De nos jours, la controverse qui tente de faire passer l'histoire avant le surnaturel déchaîne les passions. A travers cette polémique, il faut convenir que ce n'est pas facile d'accepter une autre thèse, surtout lorsque notre jugement a été conditionné par les idées reçues depuis notre enfance.
Il serait temps que notre raison soumette à un examen critique le conformisme sécurisant sur lequel nous nous reposions : se refuser à toute affirmation dogmatique, c'est faire progresser la Vérité.

1997 - Alberta ROMMEL : Jehanne - Stieglitz Verlag - 1997
Rommel

Cet ouvrage met en scène une version inconnue de la vie de la femme la plus surprenante de l'Histoire : "la Pucelle d'Orléans", qui se met en route, dans la première moitié du XVème siècle, d'un petit village de Lorraine pour s'en aller délivrer Orléans assiégée par les Anglais, guidée en cela par Dieu à travers le truchement de trois saints. L'auteur évoque les victoires, puis la chute et la captivité, jusqu'à l'épisode du bûcher, puis le retour au pays et le mariage avec Robert des Armoises...


1999 - Eliane LE ROLLAND-LENOIR : Pourquoi Jeanne d'Arc ? - Chez l'auteur à Goult 84220 et disponible au Château de Jaulny.
Le Rolland

L'histoire de Jeanne d'Arc, telle qu'on l'apprend dans les écoles, Eliane LeRoland-Lenoir la met à mal dans un ouvrage qu'elle vient tout juste d'éditer: "Pourquoi Jeanne d'Arc ?". Selon sa thèse, Jeanne serait la fille naturelle de la Reine Isabeau de Bavière et du Duc frère du Roi, le Duc d'Orléans, par conséquence, la demi-soeur de Charles VII. Elle aurait été préparée à accomplir une mission "politique". Enfin, elle n'aurait pas été brûlée à Rouen...

Marcel Gay dans "L'Est Magazine" N°8 du 6/06/2009


1999 - Claude MANN : Les cahiers de Jeanne "d'Arc"- Tome 1
La somme des travaux les plus récents, et le point sur les différentes lectures des textes.
Le personnage de Jeanne se sort de toutes les interprétations avec les honneurs, mais les thèses officielles et convenues n'expliquent aucun des mystères de l'épopée.
La vérité scandalise.
Un auteur célèbre ayant écrit sur Jeanne prétendait qu'on ne fait pas de bonnes histoires avec la vérité. Mais si la vérité est plus belle que la légende, pourquoi ne pas dire la vérité et rendre justice à Jeanne, écrasée sous le poids des conventions et des préjugés ?
Consultons les documents sans a priori, et la vérite nous saute au visage, au travers même des paroles de Jeanne.

1999 - Henri LEBLANC-GINET : Jeanne des Armoises, princesse du sang (1407-1446) - Actualité de l'Histoire mystérieuse - 1999 - numéro 36 - Mai, S.22-42
 

 


1999 - Roger SENZIG : Jeanne la Pucelle et ses Secrets

Ouvrage à compte d'auteur, quasiment introuvable. Nombreuses illustrations.


2000 - Manuel GOMEZ : Jehanne d'Arc - Légende et vérité - Editions Cheminements
"Pucelle, Jeanne ! Mon cul..."

Cette courte phrase, assez sybilline convenons-en, n'a cessé de me tourmenter. Gilles de Rais la lance avec colère quelques mois avant son arrestation et sa comparution devant le tribunal ecclésiastique de Bratagen. Il répond en cela à frère Richard qui, en présence du mage Prelati, lui pose une question concernant le récent mariage de Jeanne la Pucelle avec Robert des Armoises...

2000 - Roger SENZIG : La survie de Jeanne la Pucelle - les Preuves - Composition et mise en page réalisées par Annick DAVID à Villeparisis. Février 2000.

"Il est bien connu que d'importants mystères subsistent encore dans la vie de la Pucelle et qu'une partie de la vérité historique reste à découvrir.
Nous savons aussi que deux thèses s'affrontent en offrant des versions différentes à certains problèmes de sa vie.
Ainsi la version dite "classique" nous a présenté, dès notre enfance, la belle histoire de la petite bergère lorraine, inspirée par les Saintes Marguerite et Catherine, qui, par sa foi, son courage, et surtout grâce à Dieu, a sauvé une France trahie, envahie, persécutée..."

Roger Senzig, en préambule.
haut de la page

XXIè siècle


2001 - Roger SENZIG : La survie de Jeanne la Pucelle- Les coïncidences- -Composition et mise en page réalisées par Annick DAVID à Villeparisis. Mars 2001

Ouvrage à compte d'auteur, très rare. Nombreuses illustrations. Préface du Baron Bernard Jean Daulon.


2001 - André BRISSET : Conférence du Cercle Ernest RENAN - Editeur Cahiers du Cercle Ernest Renan - 3ème trimestre 2001


2002 - Michel de GRECE : La conjuration de jeanne - XO Editions - Imprimerie Bussière

Et si Jeanne n'était pas celle que l'on croyait...
Dimanche 20 mai 1436, alors que le doyen de l'église St Thiébaut, à Metz, vient d'achever sa messe et qu'il bavarde avec ses ouailles, une nouvelle ahurissante se répand : Jeanne la Pucelle, l'héroïne qui a délivré Orléans, qui a fait sacrer Charles VII à Reims, ne serait pas morte brûlée par les Anglais à Rouen il y a peine cinq ans maintenant...
Elle vient de réapparaitre du côté de St Privat !
Ce n'est peut-être pas elle, mais alors pourquoi cette mascarade à laquelle personne, même à la cour, n'oppose de démenti ?


2003 - Martial CADIOU : Jeanne d'Arc, émissaire secrète de la Maison d'Anjou - Opéra Editions - Imprimerie Grand Large
Cadiou Cet ouvrage traite de Jeanne émissaire secrète de la politique de la Maison d'Anjou et montre les répercussions de l'affaire du grand schisme d'Occident sur la conduite de l'épopée johannique. Le rôle discret mais efficace joué par les Franciscains, Célestins, Bénédictins et autres personnages inconnus est relaté avec une grande érudition.

2003 - Paul MOUROUSY : Jeanne d'Arc et son double - Editions du Rocher - Monaco
Mourousy Et si Jeanne d'Arc n'était pas morte à Rouen en 1431? Si une autre présumée sorcière avait péri sur le bûcher à sa place ? Une nouvelle histoire commence alors : Jeanne est emmenée en Savoie où l'attend le seigneur Pierre de Menthon.
Cet étonnant roman, qui reprend la thèse d'une Jeanne d'origine royale, préserve l'image de la jeune fille mystique et guerrière, voulant vaincre à tout prix les Anglais; mais Paul Mourousy la démystifie en véritable historien, la replongeant dans une réalité quotidienne.

2003 et 2004 - Micheline PEYREBONNE : Jeanne d'Arc, bergère, princesse ou sorcière - Editions Dualpha - Vérités pour l'histoire
Le secret de Jeanne d'Arc, d'après Micheline Peyrebonne, ne doit pas être cherché à Domremy, ni chez Isabeau de Bavière, mais chez les Anglais.
On fit passer pour une bergère, pour une princesse, pour une visionnaire, la jeune fille inspirée qui partit de Vaucouleurs, le 23 février 1429, pour aller " reprendre Orléans aux Anglais ", et " faire sacrer Charles VII à Reims ".
Elle était accompagnée de plusieurs personnes.
Tous les frais de ce voyage furent remboursés à l'arrivée par le Trésor Royal. Qui était donc Jeanne d'Arc ? Quel fut, dans son aventure, le rôle de la belle-mère du Roi, Yolande d'Aragon, qui gouvernait alors le duché de Bar, où habitait Jeanne ? Pourquoi les Anglais, victorieux jusque-là, reculèrent-ils devant cette fille en blanc ? Comme tous les ouvrages de Micheline Peyrebonne, ce livre bouscule les idées reçues et développe une thèse assez surprenante.

2004 et 2005 - Marcel GUIMARD : Jeanne d'Arc - La légende et l'histoire - Nantes - Editions du Petit Véhicule.
Guimard 1
Guimard 2

"Marcel Guimard n'en est pas à son coup d'essai.
Après un premier ouvrage, en 2004, consacré à "Jeanne d'Arc : la légende et l'histoire", cet enseignant à la retraite publie l'année suivante "Jeanne la Pucelle, la légende ou l'histoire" .
Documents à l'appui, Marcel Guimard démontre que Jeanne n'est pas passée sur le bûcher.
Une note consultable à la Bibliothèque nationale mentionne qu'"entre 1430 et 1432, cinq femmes, cinq sorcières ont été brûlées vives, dont trois Jeanne, mais aucune ne faisant référence à Jeanne la Pucelle".
Mieux, des centaines de documents attestent de sa présence en Italie, à Metz, Cologne, Orléans en 1436, date à laquelle elle épousa Robert des Armoises, alors rencontré au Duché du Luxembourg.
"Le texte existe", assure Marcel Guimard ravi que sa vision sur la véritable histoire de Jeanne la Pucelle (qui d'ailleurs ne l'est plus !) soit corroborée par les écrits du journaliste Marcel Gay. D'ailleurs, nombreux sont les points sur lesquels les deux auteurs convergent, à savoir, qu'"elle ne se serait jamais appelée Jeanne d'Arc, et que la prétendue bergère inculte mandatée par Dieu pour sauver le royaume de France serait de sang royal", une excellente cavalière maîtrisant aussi bien les armes que le français de la cour.
Et les voix célestes qu'elle aurait entendues ? Un pur simulacre fomenté par Yolande d'Anjou, qui n'est autre que la belle-mère du roi, alors mis à mal par les Anglais ! "Je n'ai pas pour intention de détruire la légende, soutient Marcel Guimard. Elle est trop belle, je veux juste apporter des éléments qui permettent de faire la part de l'une et la part de l'autre."

Extrait de l'article de Marie Bulteau du 17 octobre 2007 dans Estuaire.hebdo@wanadoo.fr


2003 - Serguei GORBENKO : Jeanne d'Arc et Dunois - Editions Heimdal - février 2005 - ISBN 280481650 ou Les énigmes du tombeau de Louis XI - Editions Heimdal - Juin 2003 - ISBN-13 : 978-2840481652
Gorbenko Ouvrage jamais publié, bien que figurant au catalogue des sites FNAC et Amazone. On peut visiter le site de Serguei Gorbenko, qui poursuit ses recherches en Ukraine, en cliquant ici.

2007 - Roger SENZIG - Marcel GAY : L'affaire Jeanne d'Arc - Editions Florent Massot - Le Livre de Poche 2009
Gay 2 « Nous sommes au XVe siècle. La Guerre de Cent ans est marquée par un événement majeur, le Traité de Troyes, qui contient plusieurs clauses : le dauphin Charles est écarté du trône ; Catherine, fille de Charles VI et d'Isabeau de Bavière, est donnée en mariage à Henri V d'Angleterre ; l'enfant à naître sera à la fois roi de France et roi d'Angleterre. Deux ans après, en 1422, les deux rois meurent à quelques mois d'intervalle, le traité devient applicable, le royaume de France revient au petit roi d'Angleterre, Henri VI. Charles VII, chassé de Paris, s'autoproclame souverain. On a donc deux rois de droit divin qui se disputent le même royaume. Qui peut dire le droit à cette époque ? Dieu. Et voilà Jeanne, une gamine, qui, à treize ans, entend des « voix». Celle de Saint-Michel, qui a « des cheveux», selon Jeanne elle-même. Celles de Marguerite d'Alexandrie et de Catherine d'Antioche, deux saintes qui ont « parlé français» à la Pucelle, mais qui n'ont jamais existé ; elles ont d'ailleurs été retirées du martyrologue officiel par Jean XXIII !
Première incohérence.
Ces « voix», bien réelles, étaient-elles celles d'Agnès de Vaudémont, de Jehanne de Joinville, de Colette de Corbie ?
Jeanne a peut-être - un témoignage datant de 1456 en fait état - rencontré ces gentes dames près de Domremy, à l'Hermitage de Notre-Dame de Bermont. Colette de Corbie était une animatrice du mouvement franciscain, favorable aux Armagnacs, et en contact régulier avec Yolande d'Anjou, belle-mère du roi.

«UNE OPÉRATION DE SERVICES SECRETS» 
Cette Yolande, une femme très intelligente, a conçu une opération de services secrets. Aux bombardes et aux arcs des Anglais, elle va opposer l'arme psychologique : Jeanne. Et ce « miracle» va marcher parce que nous sommes alors dans un monde irrationnel.

Il est à noter que cet ouvrage a été publié sous l'étiquette de "Roman", condition sine qua non pour être édité en France de nos jours. C'est en fait une étude historique menée par un journaliste s'appuyant sur des faits avérés...Il poursuit maintenant sa carrière dans la collection "Livre de Poche".


2007 - André-Roger VOISIN : Jour après jour la chevauchée de Jeanne d'Arc sur les bords de Loire, Ed. CPE, Collection "Reflets de terroir"
Voisin

"Cet ouvrage présente une courte période de la vie de Jeanne, entre février et juin 1429. On la suit depuis son départ de Vaucouleurs pour Chinon où elle fut reçue par le Dauphin, futur Charles VII. Elle se rendit ensuite à Poitiers pour y être interrogée. Elle revint à Chinon avant de se rendre à Tours, Blois et Orléans.
Le livre raconte ensuite ses campagnes militaires de la Loire et du Nivernais avant de se lancer sur Compiègne.
Tout ceci a déjà été présenté des centaines de fois, mais cet ouvrage essaie de démontrer que la part de sa propre initiative fut faible et qu'elle fut constamment guidée par Yolande d'Aragon après avoir été orientée vers Chinon par Colette de Corbie.

Ce livre donne donc des versions un peu différentes de celles présentées jusqu'alors !"

L'auteur


2008 - Manuel GOMEZ : La vérité sur Jeanne d'Arc, Presses du Midi
Gomez 3 Elle n'est pas née à Domrémy, n'a jamais gardé de moutons, n'est pas Pucelle par voeu de chasteté, n'a pas bouté les Anglais hors de France et on ne l'a pas brûlée sur un bûcher à Rouen en 1431.
Mais qui est la vraie Jeanne dArc ?
Serait-elle une « bâtarde » royale ?
Quels sont ses véritables rapports avec Gilles de Rais ?
Quels intérêts politiques et religieux sont en jeu ?
Le 30 septembre 1439, à Orléans, donc huit années après qu'on l'a brûlée, le roi Charles VII rencontre Jeanne la Pucelle et lui dit : « Pucelle, ma mie, vous, soyez la très bien venue, au nom de Dieu qui sait le secret qui est entre vous et moi. »

2008 - Patrice BINET-DECAMPS : Silence (Revue du Groupe Constance Hôtel)
 

"L'Histoire a de ces petits arrangements qui font sourire quelques siècles après! Mais l'Histoire a bonne conscience à mentir car elle aide à vivre et lie les vivants à leur origine, leur donne une place en son sein et les nourrit de ses mythes"

En préambule de l'article : "Sur le pont d'Arcole, on y danse !"


2008 - Pierre NAUDIN : Cycle de Richard de Clairbois - Tome I - La Vierge à l'épée - Aubéron
Jeanne d'Arc est à Tours. La "bergère" au sang royal y est passée prendre livraison d'un harnois de guerre, avant de partir pour Poitiers pour y être examinée par les des femmes devant attester de sa virginité...

2009 - Lorànt DEUTSCH : Métronome, Michel Lafon
Ne redoutez pas un guide pontifiant, Lorànt Deutsch nous livre ses découvertes dans un ouvrage qui lui ressemble : rapide, ludique et imprévu. Saviez-vous que la Lutèce des origines ne se situait pas à Paris, mais à Nanterre ? Que les corps des derniers combattants gaulois massacrés par les Romains sont enfouis sous la tour Eiffel ? Que la première cathédrale de France se trouve, presque intacte, sous le parking d’un immeuble moderne du Ve arrondissement ?
L'auteur évoque également la naissance royale de Jeanne, ce qui a valu à son ouvrage de nombreuses critiques de la part des traditionalistes...

2009 - Graeme DONALD : Lies, damned lies, and history, The History Press Ltd.
Graeme Donald écrit que la majeure partie de l'histoire de Jeanne d'Arc est un mythe! Il évoque le manque de garanties au sujet des victoires de Jeanne, et même l'absence de réalisations picturales durant la période concernée... Jeanne que Chastellain ne mentionne pas comme commandant l'Armée Française.
Il relate que l'ouvrage le plus abouti sur sa vie a été rédigé par Quicherat, après qu'il a découvert des documents cachés sur le procès de Rouen.
Et il affirme enfin qu'elle n'a certainement pas été brûlée !

2010 - Pierre NAUDIN : Cycle de Richard de Clairbois - Tome III - L'Incroyable Rencontre - Aubéron
Naudin 2 Dans ce troisième volume de la fresque romanesque consacrée au Moyen-Age et à la guerre de Cent Ans, Richard et ses compagnons s'intéressent de très près à l'énigme de Jeanne d'Arc.

2011 - André CHERPILLOD : Jeanne la Pucelle: Autopsie d'un mythe - Editions de la Blanchetière
  Les adeptes de l'école traditionaliste, les domremistes, nous assurent que Jeanne d'Arc n'était qu'une bergère illettrée, née en Lorraine en 1412, fille d'un pauvre laboureur. Quand elle eut treize ans, trois saints lui apparurent et lui ordonnèrent de sauver la France occupée par les Anglais. Après avoir délivré la ville d'Orléans assiégée par les Anglais et fait sacrer le roi à Reims, elle fut prise par les Anglais, et brûlée vive à Rouen le 30 mai 1431.
Mais il n'y a là que de la légende. De l'histoire, point. Jeanne la Pucelle ne s'est jamais nommée "Jeanne d'Arc", nom qui ne date que de 1455. Aucun des témoins interrogés en 1455-1456 ne lui donne ce nom. Elle-même ne l'emploiera jamais. De plus, il est certain qu'elle était plus âgée de trois ou quatre ans.
Il semble bien aussi que le bûcher ne fut qu'un simulacre, puisqu'elle revint cinq ans plus tard et fut reconnue par de très nombreuses personnes qui la connaissaient fort bien. Des documents prouvent qu'elle se maria avec Robert des Armoises et mourut à une date inconnue, mais postérieure à 1443.
Ce livre a pour but de montrer comment le mythe Jeanne d'Arc a été fabriqué dès le 15e siècle, et comment il est entretenu par l'école domrémiste, au prix de nombreuses falsifications de documents et de réécritures des textes qui ne cadrent pas avec la légende.
Il faut préciser que pas un fait n'est affirmé sans qu'il soit confirmé par un texte authentique de l'époque où se sont passés ces événements, ce qui ne se produit que très rarement - et pour cause - dans les ouvrages domrémistes.

2011 - Bernard SIMONAY: Le lys et les ombres -Calmann-Levy
Simonay

Qui était Jeanne d’Arc ?
Le mercredi 30 mai 1431, Jeanne d’Arc est brûlée vive à Rouen, après avoir délivré la ville d’Orléans et mené Charles VII à Reims pour y être sacré vrai roi de France…Cependant, de larges zones d’ombre recouvrent l’histoire officielle de la Pucelle. Etait-elle vraiment l’humble petite bergère lorraine que l’on nous présente ?
Comment une paysanne de seize ans aurait-elle pu se révéler capable spontanément de monter à cheval, de manier la lance et l’épée, de commander à une armée ? Quel secret extraordinaire a-t-elle révélé à Charles VII lors de leur entrevue de Chinon, à tel point que le souverain en a eu les larmes aux yeux ? Est-elle bien morte sur le bûcher ?
Rompant avec les vérités officielles, et m’appuyant sur une étude critique minutieuse et impartiale des sources, j'ai reconstitué dans ce roman ce qu’a pu être l’autre destin de Jeanne d’Arc.
Celle-ci n’est pas l’envoyée de Dieu des manuels d’histoire. En secret, une puissance toute terrestre l’a froidement utilisée pour réaliser l’un des plus spectaculaires retournements militaires et diplomatiques de l’histoire de France.
De cette fresque historique tumultueuse et haletante, incroyablement riche en rebondissements, se dégage le portrait d’une femme exceptionnelle, courageuse et attachante, avec ses ombres et ses lumières, une héroïne animée d’une foi profonde, d’autant plus admirable qu’elle n’est pas la sainte intouchable du mythe. Une femme dont la légende s’est emparée sous le nom de Jeanne d’Arc, nom qu’elle n’a pourtant jamais porté de son vivant.
Bernard Simonay

"Lire le coup de gueule de Bernard Simonay sur notre site"


2011 - Jean de LEVAT : La Pucelle ou la Revenante
Jean de Levat Jehanne d'Arc n'a pas été brûlée !
L'affirmation ci-dessus va en faire bondir quelques-uns ! D'autres, historiens « officiels », ou connaisseurs de tous acabits, vont crier au scandale. Et pourtant, nous nous référons tous aux mêmes textes, aux mêmes témoignages. Mais la légende de Jehanne relève plus d'une volonté politique bien déterminée au XIXe siècle, que de la réalité historique telle qu'elle nous est présentée dans les rares documents originaux qui, eux, ont bien été brûlés dès le milieu du XVe siècle.
"Lire cet ouvrage en ligne sur Calameo"

2011 - Anneke VEELEN - VAN DE REEP : De ware identiteit van Jeanne d'Arc prinses van Orléans
Veelen Ouvrage en néerlandais. L'auteur développe ici l'idée d'une appartenance de Jeanne à l'Ordre Templier et une relation avec le Prieuré de Sion, dont le Grand-Maitre était rené d'Anjou. Il évoque leur liaison hiérogamique et l'enfant qui en résulte. Ouvrage très complet avec de très intéressantes recherches généalogiques sur les vraies origines des "parents" adoptifs de Jeanne...

2012 - Jacky MINIER : Jeanne d'Arcadie ou la secrète couronne (Roman) - 2012 (e-book)
Minier Tout en suivant les traces d'un riche passé enfoui dans la cité moyenâgeuse que laisse transparaître l'actuelle Orléans, ce roman aborde avec passion et parfois un brin d'humour des hypothèses plus hérétiques les unes que les autres, mais pourtant historiquement plausibles en fonction d'éléments connus et vérifiables bien que jamais interprétés sous cet angle. Il amène le lecteur à une réflexion sur les probables origines des religions et des sociétés secrètes qui autrefois (et peut-être encore aujourd'hui ?) détenaient jalousement les secrets de savoirs anciens. 
Et à ce sujet, quel passionné de l'histoire de Jeanne d'Arc ne s'est un jour posé ces questions...

2012 - Christian BORROMEE : Qui était vraiment Jeanne la Pucelle - Apopsix
La présentation officielle du livre nous indique que cet ouvrage sur Jeanne la Pucelle est le résultat de six ans d'étude sur les deux procès de condamnation et de réhabilitation et sur les textes anciens et les chroniques qui parlent de Jeanne et que l'auteur a pu trouver.
L'auteur a examiné un grand nombre de livres de tous genres qui sont cités dans l'ouvrage ; il a maintenu une certaine distance vis-à-vis des ouvrages où l'esprit de polémique a induit leurs auteurs à effectuer des omissions ou des corrections, à présenter des faits ou des citations importantes sans références, et à conclure, là où il n'était possible que d'apporter des doutes. 
En fait l'auteur nous livre avec modestie un travail énorme de recherches et d'études des textes historiques qui permettra de recentrer l'histoire de la Pucelle sur des conceptions beaucoup plus proches des réalités de l'époque et inexploitées pour certaines. Nous avons là l'ouvrage de base de toute étude sérieuse de l'histoire de la Pucelle capable de ridiculiser de très nombreux auteurs encore bien considérés aujourd'hui. 
Christian Borromée est également l'auteur de "Moi, Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine" et de "Berlin 1943-1945 Une Française sous les bombes".

2012 - Michel de GRECE : Une promenade singulière à travers l'histoire - JC Lattès
À tous ceux qui considèrent l’Histoire comme une discipline rigide et figée, Michel de Grèce oppose une vision dynamique, vivace, « à sauts et à gambades », pour reprendre l’adage de Montaigne. L’Histoire est vivante, elle est pleine de charmes pour qui sait l’aimer et l’entendre. 
De l’Atlantide à Jeanne d’Arc, de Charles Quint à Elizabeth Ière, de Bonaparte à la chute de l’URSS, voici une promenade revigorante dans le passé, qui nous invite tant à relire les grands épisodes de l’Humanité qu’à découvrir des secrets inattendus. 
Saviez-vous que Jeanne d’Arc « n’a jamais gardé les moutons », et qu’elle était probablement la fille illégitime d’un personnage de haut rang ? Saviez-vous qu’Elizabeth Ière et Marie Stuart s’espionnaient non pour des raisons politiques mais par pure coquetterie ? Ou encore savez-vous pourquoi Raspoutine succomba pour son malheur à Youssoupov ? 
Avec Les confidences de l'Histoire, Michel de Grèce nous offre une lecture partiale et engagée de l’Histoire, car « le sens de l’Histoire est en nous ». Il n’y a de passé que subjectif, comme le prouve cet ouvrage tissé de portraits, d’anecdotes et de souvenirs personnels. 

2014 - Marta MORAZZONI : Il fuoco di Jeanne - Guanda.

Née à Domrémy ou à Paris? Morte sur le bûcher en 1431, ou dans son lit vers 1450 ? Bergère ou Princesse, sainte ou sorcière ?

L'histoire de Jeanne est un jeu d'échecs dans lequel on peut voir ce qu'on veut : la guerrière qui leva le siège de Rouen, la paysanne envoyée par Dieu pour mettre Charles VII sur le trône, la batarde royale manoeuvrée par les gens de la cour,....
Marta Morazzoni s'est engagée sur le chemin de la compréhension de la vie et de la légende de Jeanne, qui est aussi l'histoire d'une quête personnelle, quasi intime. L'auteure et son personnage s'unissent dans une narration qui mêle le récit historique et la passion de l'enquête, composant le roman moderne d'une histoire hors du temps.


2014 - André CHERPILLOD : JEANNE LA PUCELLE: de la légende à l'histoire - ILV-Edition
A Rouen, le 30 Mai 1431, une femme fut brûlée publiquement. Mais cinq ans plus tard, une femme se présenta comme Jeanne la Pucelle et fut reconnue comme telle, non seulement par ses frères (adoptifs), mais par des centaines de personnes qui la connaissaient fort bien (les bourgeois d'Orléans, la duchesse de Luxembourg, Gilles de Rais, le Roi lui-même).
De tout cela, quelle est la part de la vérité ? Le but de ce livre est de trier le bon grain de l'ivraie.
Lire en ligne

2014 - Patricia DARRE : L'invisible et la science - Michel LAFON

Dans ce livre, la médiumnité entre en dialogue avec l'Histoire, la psychologie, l'archéologie et la physique quantique. Répondant aux questionnements de Patricia, des experts viennent nourrir le débat: la médiumnité peut-elle être expliquée scientifiquement ? Pourrait-elle ouvrir de nouvelles pistes de recherche ? Comment interagit-elle au quotidien avec notre perception matérielle?
Avec la collaboration d'Alexandre Adler pour la partie historique.


2016 - André Emile HUAN : Jehanne d'Arc, la vérité dévoilée

Et si la légende de Jehanne la bergère avait été inventée de toutes pièces ? Dans les minutes du procès, à l’article 8 de l’acte d’accusation établi le 27 mars 1431 on peut lire :
« Vers sa vingtième année, Jehanne est allée à Neufchâteau. »
Or la date de ce voyage est connue de manière indiscutée : fin juillet 1428. Si Jehanne était née à Domrémy à l’Epiphanie 1412, comme l’histoire officielle veut nous le faire croire, Jehanne aurait été dans sa SEIZIEME année en 1428, pas dans sa VINGTIEME. Parmi bien d’autres, ce n’est là qu’un des éléments prouvant la mystification. La raison de cette mystification, toujours d’actualité et qui se perpétue de monarchies en républiques, c’est la RAISON D’ETAT.
« Si vous étiez bien informés sur moi, vous voudriez que je sois hors de vos mains ! » dit Jehanne à ses juges. Mais la Pucelle d’Orléans, de sang royal, dérangeait aussi l’Eglise, parce que les interventions du ciel lui ôtent de son pouvoir sur le bon peuple de croyants, aujourd’hui comme hier.
Par les archives qu’elle détient au Vatican, l’Eglise de Rome sait que la femme qui fut brûlée le 30 mai 1431 n’était pas Jehanne la Pucelle, réapparue 5 ans plus tard sous le nom de Jehanne du Lys, la Pucelle de France.
Et bien qu’elle l’ait canonisée, cette Eglise qui eut jadis l’excommunication facile ne s’émeut aucunement aujourd’hui du fait de voir l’une de ses saintes fêtée chaque année sous une bannière qu’elle aurait elle-même combattue… et vaincue !

>>Liste alphabétique des auteurs